Retour vers Œuvres récentes

La naissance du Bodhisattva

Texte extrait de La Merveilleuse Légende de Siddharta Sakya-Mouni Bouddha
Claude Aveline Editions Claire Lumière

Fidèles, le temps approche.
Dans le ciel Touchita, des milliers de dieux se préparent à veiller sur la naissance du Bodhisattva, celui qui sera le Bouddha suprême.
Or, tandis que le Bodhisattva s'est retiré à l'écart et songe, les dieux s'entretiennent de ceux qui devront être choisis pour parents.

Le fils d'un dieu leur dit :
« allons auprès du Bodhisattva lui-même.
Nous lui demanderons dans quelle famille douée de toutes les qualités il lui plaira de naître.
Sans doute, il ne manquera pas de savoir.
C'est bien ! Répondent-ils.
Et tous s'étant approchés du Bodhisattva, joignent les mains et tournent les yeux vers lui.
Excellent, dans quelle famille, douée de toutes les qualités, te plairait-il de naître ? »

Ayant considéré cette immense assemblée qui l'entoure le Bodhisattva lève la main droite et dit :
« Il est une famille noble ô Dieux où il me plaira de naître.
Elle abonde en femmes.Elle est pleine de science et n'ignore pas ce qu'elle fait.
Elle est libre de crainte et difficile à vaincre.
Elle possède en abondance des richesses, de l'or, des diamants, des perles, du cristal, des biens et des ustensiles. Elle est parfaite en tout.
Dans cette famille parfaite en tout, une femme est ornée des trente deux qualités propres à la mère d'un Bouddha.

Elle est belle comme les descriptions d'un livre,semblable aux nymphes qu'on appelle Aspâras, lorsqu'elles sont parées de somptueux ornements.
Elle n'est ni violente, ni dédaigneuse, ni inconsidérée.
Elle est vraiment sans tache, sans colère sans fierté, sans folie, sans emportement, sans envie.

Elle a un beau front, de beaux sourcils qu'elle ne fronce jamais.
Sa chevelure a la couleur de l'abeille noire.
Comme la feuille nouvelle du lotus blanc, son o&elig;il est parfaitement clair.
Ses lèvres sont rouges comme le fruit du bimba.
Elle charme la vue : ses épaules sont bien arrondies et ses bras s'y joignent avec grâce.
Sa taille est déliée comme la poignée d'un arc.
Ses jambes sont longues et ressemblent à celles de l'antilope harmonieuse.
Certes, elle charme la vue. Nous ne lui connaissons pas d'égale.
Et elle se nomme Mâyâ Dévi c'est-a-dire illusion car elle paraît une de ces images de rêve qui s'évanouissent au réveil.

Vous ne vous tromperez pas, dit le Bodhisattva. Je naîtrai à Kapilavastou.
Mon père sera Suddhodhana, roi des Sâkyas et Mâyâ Dévi parfaitement belle sera ma mère.

Fidèles, j'ai hâte d'en arriver à cette vie parfaite. Le Bodhisattva a déclaré :
« Je descendrai dans le sein de ma mère sous la forme d'un éléphant superbe à la tête rouge et majestueuse, armé de six défenses ; couvert d'un réseau d'or.
Et il dit voyant se lever le soleil :
« Aujourd'hui sera le premier jour. »

Peinture La naissance du Bodhisattva

La naissance du Bodhisattva
Peinture acrylique sur bois réversible en miroir
Dimensions : 51,5 x 65,5
Durée d'exécution : 68 heures

Sur cadre bois adapté
Dimensions hors tout : 80 x 103 cm.
Durée d'exécution menuiserie et peinture: 61 heures
Durée totale d'exécution : 129 heures

Flèche haut de page