La Naissance

Retour vers La Merveilleuse Légende

La terre, unie comme la paume de la main , s’est couverte d’un gazon vert tel le cou des paons ;
et il est doux au toucher comme un vêtement de Kâtchalindi.
Et quand Mâyâ s’approche, l’arbre s’incline en signe de respect.
Alors la reine, de son bras droit, prend une branche d’arbre plakcha, sourit au ciel et reste immobile. Elle baisse plus encore la branche et dans son léger effort son flanc s’entrouvre...
Et le Boddhisattva paraît.
La terre tremble, une pluie de fleurs célestes la recouvre.
Le ciel Touchita résonne de chants d’allégresse.
Tous les mondes resplendissent d’une lumière admirable.
Et ceux-là même qui étaient aveugles la voient et recouvrent la vue.
Et les muets parlent, si grand est leur désir de parler du Sauveur.
Les animaux perdent leur crainte.
Les chaînes des prisonniers se détachent et tombent.
Les feux des enfers s’éteignent.
L’eau de la mer se cache sous les roses d’eau de toutes les couleurs.
Tout devient pur, sacré, clair et calme.

La Merveilleuse Légende de Siddharta Sakya-Mouni Bouddha
Claude Aveline Editions Claire Lumière 13510 Eguilles (F)

Peinture La naissance

« La Naissance » Peinture acrylique sur contreplaqué
Dimensions : 70 x 83 cm.
Durée d’exécution : 63 heures

Flèche haut de page